Un Havre Citoyen ! Prenez le pouvoir avec Jean-Paul Lecoq   Ensemble en 2020
Vous êtes ici : Accueil » Comité d’Engagement Citoyen » Denis Gréverie : « Il est prioritaire d’agir au Havre, là ou l’État français (...)

Denis Gréverie : « Il est prioritaire d’agir au Havre, là ou l’État français est totalement déficient »

Présentation : Denis GREVERIE 66 ans - retraité au 1er/01/2020 chef d’entreprises pendant 42 ans, Maître-Artisan, (formation des apprentis) habitant LE HAVRE et originaire de Fécamp, ayant rejoint le Comité Citoyen dès la 1ère heure en 2019…

Dans le cadre d’un mémoire économique établi en juillet/août 2019, pour le Comité Citoyen, j’ai été amené à rencontrer des dirigeants de PME/PMI, Artisans, Commerçants, Professions indépendantes et libérales sur la ville du Havre.

De ces échanges, sont ressortis des difficultés économiques déjà bien répertoriées avant covid19, qui vont des raisons profondes les plus diverses : la désertification croissante des commerces de centre-ville, liées aux conséquences de la démesure d’implantation de la grande distribution en périphérie urbaine, le stationnement payant qui s’étend de plus en plus, sans oublier non plus, les manques de chiffre d’affaires et les jours de fermetures forcées (le samedi) en raison des mouvements sociaux de l’automne jusqu’aux portes de Noël 2019, dont le Gouvernement conduit par son 1er Ministre, porte l’entière responsabilité de ces conflits sociaux à répétition, de ces grèves et de ces blocages économiques.
Toutes ces entreprises affichaient déjà une fragilité réelle au début de l’année et avaient mis en œuvre pour la plupart, un certain nombre de mesures, permettant d’assurer une année 2020 dans de meilleures conditions, mais là encore c’était sans compter sur les mesures anti-sociales orchestrées par le Gouvernement et Le Pt de la République sur le projet de réforme des retraites, notamment, en début d’année 2020.

A ceci, est venu s’ajouter la pandémie du coronavirus, où le Gouvernement là encore, a tardé sciemment à en révéler l’existence, alors que certains éléments étaient connus d’eux, dès la fin d’année 2019, puis la gestion catastrophique et contradictoire des masques, obligeant plusieurs soignants dans les hôpitaux, cliniques, ou en libéral à improviser des méthodes de protection durant de longues semaines…l’approximation des mesures concrètes à prendre devant un tel fléau qui va engendrer tant de morts : Le 26 janvier 2020 face aux micros et aux caméras, Agnès Buzyn, qui est encore ministre des solidarités et de la santé, se veut rassurante car selon ses déclarations : « il n’y aura pas de pénurie de masques en cas d’épidémie du virus Covid-19 sur le sol français… »
Puis la fermeture générale de tous les établissements commerciaux le 15/03/20, plongeant le pays en situation de « Guerre », comme l’avait déclaré lui-même le Président de la République devant les chaînes de TV, le 16/03/20 au soir.
Pour toutes ces entreprises bloquées sans préavis et les conséquences associées du confinement, leurs activités vont connaître un coup d’arrêt brutal et imprévisible. C’est dans une situation économique déjà hautement fragilisée, avec très peu de trésorerie qu’elles devront assumer néanmoins les charges fixes, factures en cours, loyers, salaires de personnels, charges sociales et patronales, en totale absence de chiffre d’affaires, durant 3 mois….
Dès lors, j’ai souhaité me rendre utile à leurs côtés, en respectant les aléas du confinement (Tél-Mail, visio conf- etc…) pour aider ceux et celles qui le souhaiteraient, à les guider, les conseillers, face aux promesses d’état de soutien économique, au travers du labyrinthe des démarches établies et en « essayant malgré tout » de les faire obtenir...
Les différentes aides exceptionnelles annoncées avec beaucoup de certitudes par l’État, dès le 16/03/20, en y regardant de plus près, vont laisser beaucoup d’entreprises dans une situation de précarité renforcée, de stress intense remplie d’inquiétudes face à l’avenir et même d’angoisse au moment où l’on va leur redonner le droit au travail. (Depuis le 2/06/20).
Comment peut-on être certain que dès le 2/06 date de reprise des activités, que la population au Havre comme ailleurs, sera complètement rassurée sur l’état sanitaire actuel, face aux multiples communications, les plus controversées par les scientifiques, spécialistes médicaux et médecins Virologues.
Sans retour rapide à un fonctionnement normal de leurs activités, ces entreprises sont déjà anxieuses de pouvoir garantir le maintien de tous leurs salariés, comme avant la période du Covid19.
Les très grandes entreprises, lesquelles ont été aussi fortement ébranlées, leurs capacités financières et leurs ressources étant bien évidemment supérieures, ont pu traverser cette crise avec beaucoup de souffrances certes, mais pour la plupart, leur pérennité n’est pas menacée à court et moyen terme, contrairement au secteur tertiaire, mais exigera très certainement de grandes mutations et diversifications de production ainsi que de lourdes restructurations des équipements de production, avec toujours néanmoins un risque social à la clef...
Il n’en est pas de même pour toutes les petites entreprises de moins de dix salariés (TPE) qui ont été impactées de plein fouet par la crise sanitaire, les Bars, les chauffeurs Taxis, les commerçants alimentaires, les Restaurateurs ou autres, les commerçants ambulants, les coiffeurs, les instituts de beauté, les boutiques de souvenirs ou de prêt-à-porter, tous les commerces de centre-ville….
Tous ces commerces qui dans un premier temps (le 15/3/20) seront jugés « non-essentiels » et contraints de fermer durant la pandémie, sont aujourd’hui en hyper difficulté et fortement menacés, les restaurants au bord de la plus grande détresse, car totalement abandonnés avec déjà une perte en moyenne de 40 à 50% selon les cas de leur CA et dont les mesures d’état avec leurs cohortes de contraintes, n’ont pas permis de les rendre éligibles aux solutions proposées, alors que celles-ci ne devaient laisser personne sur le bord de la route : ☹dixit les propos du Pt de la République le 16/3 au soir devant toutes les chaînes TV.
Je passerai malheureusement rapidement, sur tous les autres secteurs d’activité en grande souffrance, qui vont des professions libérales non épargnées : Les garagistes, les médecins généralistes ou spécialistes, dont les carnets de rendez-vous se vident parfois par simple peur d’attraper le virus dans les salles d’attente, alors que la Normandie fait partie des zones les moins fortement impactées,(source ARS) les kinés aux prestations limitées aux traitements les plus urgents et habituels de leur patientèle, les bureaux d’études pour lesquels les marchés publiques ont été stoppés net, tous les corps d’état du bâtiment et tous les artisans, bloqués dans leurs chantiers sans aucune perspective offerte par les maîtres d’œuvre ou donneurs d’ordre.

CONSTAT : Devant une communication d’Etat intensive, maintes fois renforcée par les chaînes de TV, L’Etat déclarait dès le 16/03 un engagement total de soutien économique face aux conséquences économiques liées au Covid19 pour le secteur entrepreneurial de plus de 300 Mds d’€ (alors qu’il manquait seulement 17 Mds d’€ pour assurer le plan retraite jusqu‘en 2025… !). Les Hôpitaux de France quant à eux, dont les chiffres sont connus : 85 milliards d’euros, c’est le budget annuel alloué aux hôpitaux publics de France. (Source ONDAM), mais depuis 2005, cette enveloppe nationale aurait diminué de + de 12 milliards d’euros si l’on en croit la Fédération Hospitalière de France, et selon ses derniers chiffres, seul un hôpital sur quatre serait excédentaire, amenant aujourd’hui à cet autre constat sanitaire sévère, la fragilisation de notre système de santé liée à sa gestion par les gouvernements successifs depuis plus de 10 ans, accélérée par l’Etat Macron et même amplifiée. (Fermetures de lits : 17 500 lits de nuit fermés en six ans. - Selon les statistiques du ministère de la Santé, l’hôpital a perdu 5,3 % de ses lits depuis 2013. À eux seuls, les établissements publics en ont perdu 13 631.

La réalité de l’engagement de l’Etat :
Aide au chômage partiel/chômage technique : 24 Mds € vont y être consacrés par l’Etat en faveur des salariés qui toucheront 84% de leur salaire net habituel (100% s’ils sont au SMIC) après acceptation de leur demande d’indemnisation, ces entreprises seront remboursées par les services de l’Etat.
En Seine-Maritime et au 15/04/20 seulement 10% des dossiers étaient étudiés et acceptés par les services d’Etat, contraignant les entreprises à assumer seules pendant ce temps, les salaires de leurs personnels, sur des trésoreries déjà très affaiblies.
Les charges sociales, patronales et fiscales devaient être précisées rapidement (le jeudi 28/5 ?) mais à ce jour 26/05/2020 les chefs d’entreprises n’ont aucune information/confirmation, seulement que des rumeurs médiatiques… (URSSAF, impôt sur les sociétés, CFE…).
Le Report des emprunts professionnels pendant 6 mois ? (Annoncé là encore un peu trop Hâtivement…)
Pour avoir accompagné certains chefs d’entreprises dans la démarche durant près de 1 mois et 1/2, le discours qui nous était opposé était toujours le même, limitation sur le CA, sur le nombre de salariés, sur la date de création de l’entreprise, aide sur la base de 3 mois de CA alors que celui-ci était déjà impacté par les mouvements sociaux de l’année précédente…Grande amnésie chez les banquiers.
Pour les Ets commerciaux qui ont des Emprunts bancaires en cours, seule mesure proposée : Contracter un nouvel emprunt PGE celui-là (prêt garanti par l’Etat) de 12 mois garanti par BPI France (emprunt d’état) à hauteur de 90% des besoins et transformable ensuite en prêt bancaire classique avec négociation du taux avec la banque et une durée de remboursement pouvant aller entre 36 et 60 mois…là encore en théorie ! Souvent remplacé en réalité par une continuité du paiement du prêt existant sur le trimestre de fermeture (mars-avril-mai 2020) de la manière suivante : Remboursement des intérêts+assurances pendant la période d’arrêt d’activité et le remboursement du capital serait alors reporté et ajouté à l’échéancier des règlements du prêt d’origine) - Allongement de la durée de l’emprunt !
Un prêt pour rembourser un autre prêt : Les bons gestionnaires et les Experts-Comptables apprécieront la méthode…
N’oublions pas tout de même, le Fonds de solidarité d’un montant maximum de 1 500 € par mois destiné aux commerçants, artisans, professions libérales, auto-entrepreneurs, agriculteurs et TPE, quel que soit leur statut social, et pour les commerces obligés de fermer, ainsi que pour les entreprises non citées dans le décret pour l’obligation de fermeture, si elles ont perdu plus de 50% de leur chiffre d’affaires en mars 2020 comparé à mars 2019.(la fermeture totale ayant été décrétée le 15/3 !)

CONCLUSION : Sans vouloir entretenir une angoisse déjà fortement palpable chez tous ces acteurs économiques au Havre, la fragilité de toutes ces entreprises qui avaient cru en un véritable soutien de l’Etat, tel qu’il avait été annoncé par le Président de la République et ensuite Le 1er Ministre dès la mi-mars, risquent de devoir faire face à un autre séisme, après la saison d’été 2020 qui aura été déjà amputée de 50% de son calendrier estival, … Une crainte de plus en plus visible d’une terrible menace, économique et social de la plus grande importance au niveau National et aux portes de l’hiver ou les CA sont extrêmement ralentis pour la plupart des activités.

Il est important, voir prioritaire d’anticiper et de trouver de véritables mesures de restructuration économique à notre ville du Havre, là où l’état Français est totalement déficient et avant que « d’autres hypothétiques futurs élus », dont la gestion de la politique locale/municipale déjà bien connue des Havrais (es) ne pourrait dans cette « éventualité » être différente de celle qu’ils pratiquent au National et dans l’hypothèse où nous n’aurions pas réussi à convaincre une majorité d’électeurs Havrais (es) , ne fassent supporter dès la rentrée de septembre 2020 à la population, pléthore de taxations diverses & futures, qui pourraient être appelées « Impôts Solidarité Covid19 au Havre ».

Pour éviter cela, votez le 28 Juin 2020 « Un Havre Citoyen avec Jean-Paul LECOQ candidat Divers Gauche ! »

Il est prioritaire d’agir au Havre, là où l’Etat Français est totalement déficient !
Il est donc inutile d’attendre de sérieuses et réelles initiatives de l’Etat central, qui est lui-même débordé et embourbé dans ses propres contradictions, répétées depuis de longs mois et au travers de la gestion de cette crise tripartite, sanitaire, sociale et économique.
La Normandie « Réunie » doit prendre son destin économique en mains !
Elle doit-être l’outil et le cadre efficient majeur pour tous, en exprimant une solidarité contemporaine Normande, qui n’a même jamais existé depuis 1944.
LE HAVRE : Naissance et Renaissance ! La ville de tous les courages !
Nous allons au Havre vivre une nouvelle page historique qui sera inscrite dans toutes les mémoires !
Les approximations, les erreurs de jugement, les absences de courage, les erreurs d’analyses politiques, les amateurismes, (compétences), se paieront CASH pour plusieurs années à venir, si la Normandie et ses représentants locaux et territoriaux ne prennent pas leurs destins communs à bras le corps.
Là où des représentants Nationaux n’ont connu que des erreurs de choix, des hésitations répétées, des approximations d’analyses, des contre-vérités, ce qui ne les empêchent pas de rechercher avec ardeur vos suffrages pour les prochaines élections municipales, accordez plutôt votre confiance à une véritable équipe municipale, engagée et volontaire, compétente, plurielle dans sa représentation, guidée et administrée par un candidat Jean-Paul LECOQ avec une véritable éthique de confiance envers la population Havraise, pour l’avoir constaté par moi-même durant près d’une année à ses côtés et orientée à la fois vers la qualité de la vie, le bien-être et le bon vivre ensemble au HAVRE, dans ses diversités et qui auront les qualités et la capacité à tendre plus haut, vers une société en totale harmonie avec tous ses Habitants, sous les couleurs de « nos trois URGENCES » :

ECOLOGIQUE – SOCIALE - DEMOCRATIQUE

Denis Gréverie : 26/05/20 – « Militant citoyen : » et candidat sur la liste « Un Havre Citoyen » emmenée par Jean-Paul LECOQ – Candidat divers Gauche. »


Nous contacter par mail lh2020ensemble@gmail.com, pour nous écrire ou nous rendre visite  125, rue du Maréchal Joffre 76600 Le Havre, et pour nous suivrer sur les réseaux sociaux